l’intersyndicale de la Sonatel pour l’arrêt immédiat des projets de transformation
Source : APA : Dernière Mise à jour : 16/12/2015
Lu : 421 fois
L'intersyndicale de la Sonatel, par la voix des secrétaires généraux du Syndicat des travailleurs de la Sonatel (Syts) et du Syndicat national des travailleurs des postes et télécommunications, a fustigé mercredi à Dakar, les projets de transformation imposés à la société par sa partenaire France Telecom, estimant que ces projets visent le démantèlement de la Sonatel et la réduction de son personnel.

"Suite à sa farouche opposition face à l'exécution de ces projets d'externalisation des activités de la Sonatel, nous avons déposé une plate forme revendicative dont le premier point non négociable est l'arrêt immédiat de ces projets qui ont débuté par la technique qui constitue le cœur de métier de notre entreprise'', a indiqué Babacar Sarr, secrétaire général du Syts

‘'A terme, selon lui, ces projets de transformation n'épargneront aucune composante de la société. Pour preuve, cette réduction du personnel est déjà palpable à travers la multitude de boutiques orange qui concurrencent nos agences, le non remplacement des agents partis à la retraite, et le recours systématique à des intermédiaires pour occuper des postes permanents".

Babacar Sarr, par ailleurs porte-parole de ses camarades, introduisait la déclaration préliminaire de l'intersyndicale au cours d'une rencontre avec les journalistes.

Poursuivant son propos, M. Sarr a souligné que le Global network operating system (Gnoc) qui va contrôler le cœur du réseau circuit, le roaming, le cœur du réseau paquet, le transport ip, les transmissions nationales, les réseaux intelligents, et les plates formes de service à valeur ajoutée, entre autres, n'appartiendront pas à la Sonatel mais ils seront confiés à des multinationales.

"Cette forme de Gnoc telle que proposée par la Direction générale constitue pour la Sonatel et l'Etat sénégalais une nouvelle forme de colonisation économique car elle va entraîner une perte de l'expertise à cause du transfert du transfert des activités constituant son cœur de réseau, un sérieux problème de souveraineté pour l'Etat, un risque sur la sécurité des données des clients du fait de la manipulation des données à caractère personnel par des tiers,...", dénonce l'intersyndicale de la Sonatel.

Aussi, invite-t-elle l'Etat à une réadaptation du code des télécommunications à l'environnement du secteur qui évolue de façon ultra rapide, au renforcement de sa participation dans le capital de Sonatel afin d'éviter sa filialisation définitive par son partenaire France Telecom, à une évaluation exhaustive du partenariat Sonatel-France Télécom.



Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>