Factures impayées de la commune de Touba mosquée à la Senelec: Le maire Abdou Lahad Kâ dégage en touche
Source :  EnquetePlus : Dernière Mise à jour : 18/12/2015
Lu : 816 fois
La collectivité locale de Touba mosquée n’est pas un mauvais payeur. C’est ce qu’a indiqué hier le maire de ladite commune pour démentir les accusations relayées récemment dans la presse.

Après les révélations parues avant-hier dans la presse faisant état, notamment de plus de deux milliards de francs CFA de factures d’électricité impayées par la commune de Touba mosquée, l’heure est à la défense. Au cours d’un point de presse organisé hier, la commune de Touba mosquée a reconnu l’existence de la dette. Mais précise aussi que la Société nationale d’électricité (Senelec) leur doit également de l’argent. ‘’Ce sont des dettes croisées qui existent entre la Senelec et les collectivités locales de manière générale. Il n’y a pas une collectivité au Sénégal épargnée par cela’’, a indiqué le représentant du Khalife général des mourides à Dakar, Mbackiyou Faye.

Selon lui, les deux parties ont l’habitude de recourir à cette technique de compensation pour éponger mutuellement leurs dettes. L’un pour l’éclairage public et l’autre pour les taxes communales. ‘’C’est la société d’électricité qui en premier doit de l’argent aux collectivités locales du fait de la perception de la taxe communale. La Senelec reverse après la taxe à la commune. Ensuite, c’est aux deux partenaires de trouver de commun accord leur système de compensation’’, a expliqué le coordonnateur des travaux de la mosquée Masaalikul Jianaan de Dakar.

Poursuivant sur cette même lancée, le maire de Touba soutient pour sa part que sa collectivité locale ne doit à l’heure actuelle aucun centime à la Senelec si l’on se réfère au paiement des taxes communales. Au contraire, d’après lui, c’est la Société d’électricité qui a une dette envers sa collectivité. Sans donner le montant, Abdou Lahad Kâ indique que celle-ci ne s’est pas d’ailleurs acquittée de ses obligations pour l’instant. ‘’Si nous évaluons la redevance de 2,5% collectée par la Senelec, cela dépasse largement les deux milliards de francs CFA avancés dans la presse’’, soutient-il. L’édile de la ville sainte explique que la commune de Touba ne subit aucun traitement de faveur pour le paiement des factures d’électricité. Selon lui, sa commune prend en charge au même titre que celles du reste du pays, le paiement des factures de courant consommé par les infrastructures dépendantes de sa collectivité.



Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>