POSSIBILITES DE POURSUITE DE PERSONNALITES SENEGALAISES:La France exhume Le Joola, dix ans après
Source :  Sud Quotidien : Dernière Mise à jour : 22/11/2012
Lu : 232 fois

La France exhume le Joola, du nom du navire sénégalais qui a coulé aux larges des côtes gambiennes la nuit du 26 septembre 2002 faisant officiellement, 1863 victimes, dont 22 Français et 64 rescapés. Selon nos confrères de Rfi, les recours de six responsables sénégalais, visés par des mandats d'arrêt internationaux dans l'affaire du naufrage du bateau «MS Le Joola», ont été rejetés, hier mardi 20 novembre, par la Cour de cassation. Ils contestaient, devant par la plus haute juridiction pénale française, l'enquête réalisée après le naufrage du ferry sénégalais, en septembre.
 
 Dix ans après la plus grande catastrophe maritime au monde, la France exhume Le Joola. La Cour de cassation ayant définitivement rejetée les recours des personnalités sénégalaises mises en cause, la procédure va donc pouvoir se poursuivre en France. Toutefois, en attendant que les juges d’instruction du tribunal d’Evry se prononcent,  la question à l’ordre du jour est celle de savoir s’il y aura ou non un procès.

Le feuilleton judiciaire remonte à 2003. Une information judiciaire pour homicides involontaires et non assistance à personnes en péril est ouverte à Evry le 1er avril 2003, suite à une plainte des familles des victimes françaises. Le juge français Jean-Wilfried Noël avait lancé, en septembre 2008, un mandat d’arrêt international contre neuf personnalités civiles et militaires sénégalaises supposées avoir une responsabilité dans la catastrophe, dont l’ancien  Premier ministre Mame Madior Boye et le ministre des forces armées Youba Sambou.

Toutefois, la chambre criminelle de la Cour de Cassation avait fini par annuler définitivement deux mandats d'arrêt internationaux. Donc, Mme Mame Madior Boye et Youba Sambou qui ont obtenu un non-lieu au cours de l'été 2011 étant libre de tout mouvement.

Mais sept autres  dignitaires civils et militaires sénégalais étaient encore sous le coup de la mesure. D’ailleurs, Gomis Diédhiou en partance pour le Portugal en avait fait les frais puisqu’il avait été interpellé en octobre 2010 à Paris où il était en escale. Il sera mis en examen et placé sous contrôle judiciaire.

Auparavant un procès avait été ouvert au Sénégal, mais la justice sénégalaise avait classé le dossier du Joola en 2003 en ayant fait porter l’entière responsabilité du drame au commandant de bord qui figurait au nombre des victimes.
Cette nouvelle décision de la justice française a été saluée par un collectif des familles des 22 Français morts dans le naufrage, notamment le «Comité d’initiative pour l’érection d’un mémorial-musée Le Joola», qui regroupe quatre associations de familles des victimes sénégalaises et françaises, mais aussi d’autres organisations de la société civile, souligne Rfi. Pour ce collectif, ce rejet par la Cour de cassation française est «une bonne nouvelle».
 
 
 




Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>