PROCÈS OFFENSE AU CHEF DE L’ETAT El Hadji Amadou Sall assume la paternité de ses «propos offensants»
Source :  Wal Fadjri : Dernière Mise à jour : 31/01/2013
Lu : 190 fois

Tout ça pour ça !  Serait-on tenté de dire au regard de la finalité de cette histoire d’offense au chef de l’Etat ayant valu à El Amadou Sall un procès devant la Chambre spéciale de la Cour d’appel, immunité de juridiction oblige. Plus de raison d’être inquiet : l’action publique est déclarée éteinte par le désistement de Macky Sall.

 

Le désistement de Macky Sall sauve El Hadji Amadou Sall. Il a été jugé, hier mardi, dans une audience publique présidée par le premier président de la Cour d’appel de Dakar, Demba Kandji. Le responsable politique libéral reconnaît la paternité des propos «offensants» qui lui ont valu une arrestation suivie d’une liberté provisoire. «Je ne conteste pas les propos qui me sont prêtés», a-t-il confié au juge lors de l’interrogatoire. S’il en est arrivé à cette extrémité consistant à accuser le président de la République de «fétichisme» et «d’anthropophagie», ce n’est qu’une réplique aux attaques dirigées contre son parti par le chef de l’Etat, Macky Sall. «Macky Sall nous a menacés lorsqu’il disait que nous allons rembourser jusqu’au dernier centime l’argent volé. Et d’aller chercher des avocats au lieu de faire du bruit. Lorsqu’on m’attaque sur le terrain politique, je réponds. Je ne vois pas en quoi ces propos sont offensants.  On a attaqué mon parti le Pds», se défend l’ex-Garde des sceaux.

 

Rien de plus légitime que de défendre sa formation politique sur qui des personnes tentent de jeter l’opprobre. «Je suis responsable du Pds et membre du Comité directeur. Je suis compagnon et porte-parole de Wade. J’ai à la fois les attributs, les compétences et l’autorité politique qui me permettent de parler au nom du parti». A la question de savoir quel sens donne t-il au terme «féticheur» et «mysticisme» ? Réponse d’El Hadji Amadou Sall : «C’est quelqu’un qui croit à des forces surnaturelles qui lui indiquent d’avoir tel ou tel comportement. Karim Wade a été convoqué six fois un jeudi. Il n’est libéré qu’à la tombée de la nuit».

 

En phase avec les avocats de la Défense (Mes Demba Ciré Bathily et Seydou Diagne), l’avocat général, François Diouf, invitera le juge Demba Kandji à déclarer l’action publique éteinte pour cause de désistement du président Macky Sall. Au final, le juge leur en a donné acte. Cette décision a été accompagnée par une salve d’applaudissements. Les fameuses «déclarations offensantes» ont été tenues lors de la dernière audition de Karim Wade à la Gendarmerie de Colobane, dans le cadre de l’enquête sur l’enrichissement illicite.

P. NDIAYE




Notez cet article :
1
2
3
4
5

 Envoyer cet article à un ami
 Articles du même auteur >>